LES INTERVENANTS
PÉDAGOGIQUES

Les intervenants du Studio JLMB sont tous d’anciens élèves et professeurs de l’École du Studio d'Asnières, aujourd’hui professionnels en activité ayant déjà appréhendé, dans leur parcours, le travail de transmission, d’enseignement ou de pédagogie. Ils travaillent en étroite collaboration et en complicité avec les artistes fondateurs de l'École, et transmettent à leur tour le langage artistique du Studio-Théâtre. Le partage de leur expérience actuelle du terrain est un atout majeur.

intervenants principaux

intervenants ponctuels

DSC_0760 copie.JPG
DSC_0760 copie_edited.jpg
Sabrina Baldassarra.png

Sabrina BaldassarrA technique/boîte à outils

Au CNSAD (promotion 2003), Sabrina Baldassarra est l’élève de Dominique Valadié et Daniel Mesguisch et travaille avec Alain Françon, Lukas Hemleb, Hélène Vincent et Caroline Marcadé.

Au théâtre, elle travaille entre autres avec Charlie Brozzoni, Lisa Wurmser, Pierre Ascaride, Ariel Cypel et Gaël Chaillat, Mylène Bonnet, Cendre Chassagne… sur des textes contemporains (Bond, Turrini, Durif, Mouawad, etc.) ou classiques (Tchekhov, Shakespeare, etc.) et également sur des formes performatives avec Pauline Bureau et Adrien de Van Cinq Minutes avant l'Aube / Avignon In, avec Nathalie Béasse pour Un grand déballage au Havre, ou encore dans C'est pas la même chose, d’après Pierre Louÿs, spectacle se jouant dans les bars et créé par Benoît Résillot.

Elle a appartenu à un collectif de comédiennes, le Collectif F71, et a travaillé pendant 10 ans autour de l’œuvre de Michel Foucault. Ce travail a reçu le prix du jury Odéon-Télérama 2009 lors du Festival Impatience.

Elle a participé à Modèles et Modèles Réduits mis en scène par Pauline Bureau et tourne encore Cet été/La rencontre actuellement.

En 2022 elle perforera à Vienne en Autriche avec le choeur Schönberg pour Ulla von Brandenbourg.

Elle travaille également pour Nicolas Kerszenbaum, dans un spectacle sur Jean-Jacques Rousseau, et une adaptation de Proust, Swann s’inclina poliment.

Elle travaille à Radio-France et pour la télévision, notamment avec Fabrice Cazeneuve (Seule) et Pascal Chaumeil, Fais pas ci, Fais pas ça et a tourné pour Jean-Pierre Ameris dans les Emotifs Anonymes aux côtés de Benoît Poelvoorde.

Elle a poursuivi librement une formation de danse à la Ménagerie de Verre (notamment avec Stéphane Fratti dans MAGMA) ainsi qu’une réflexion active sur le corps actant au côté des chorégraphes/acteurs/danseurs qu’elle rencontre (Stéphanie Chêne, Thomas Bleton…)

Elle est intervenue au Studio de Formation Théâtrale de Florian Sitbon pour initier de jeunes acteurs aux techniques exigées par le théâtre classique ainsi qu’à la Maison du Geste et de l’Image et dans de nombreux CDN dans le cadre de stages pour comédiens amateurs ou en cours de professionnalisation.

 
annebarbot-cf134-web-photographe-342x513_edited.jpg

Anne Barbot interprétation

Elle se forme à l’Ecole Dullin avant de rejoindre l’école du Studio d’Asnières, dont elle intègre la Compagnie et achève sa formation à l’école Jacques Lecoq.
De 2015 à 2019, sa compagnie est en résidence dans l’établissement public territorial Grand Orly Seine-Bièvre. En 2018, elle adapte et met en scène Humiliés et offensés, série en 4 épisodes d’après Dostoïevski. En 2015, elle met en scène, aux côtés d’Alexandre Delawarde, Roméo et Juliette, thriller médiatique, d’après Shakespeare (production déléguée Théâtre Romain Rolland). En 2011, Yvonne, princesse de Bourgogne de Gombrowicz (production déléguée Théâtre Romain Rolland - tournée et festival d’Avignon en 2013 – en tournée durant saison 2014/2015). Par ailleurs, elle adapte et met en scène La femme d’un autre et le mari sous le lit de Dostoïevski, La reine des neiges d’Andersen et 3ciné-contes d’Edwige Bage et assiste Paola Giusti dans sa reprise du Grand Cahier d’Agota Kristof.

Avec certains comédiens de l’école Lecoq, elle fonde la compagnie Ahuri théâtre et part au Japon : à côté des spectacles burlesques joués à Tokyo, Osaka et Kyoto, elle y débute la danse traditionnellejaponaise (Nô) et le tate do (sabre), et intervient à l’université de Tokyo toho gakuen drama school sur "Le corps en jeu et la notion de Temps".
Elle a joué entre autres pour Aurélien Recoing, Jean-Louis Martin-Barbaz, Hervé Van Der Meulen, Juliet O’Brien, Benoît Seguin..., et est membre du Collectif In vitro dirigé par Juliet Delique. Elle y joue Triptyque des années 70 à nos jours dans le cadre du Festival d’automne (Théâtre de la Ville, TGP...), et créé avec deux membres du collectif Les 3 sœurs - Tchekhov dans la ville au CDN de Lorient ( TGP, Théâtre Garonne et l’Usine, Le Granit). Prochainement, elle accompagnera Julie Deliquet à l’école de la Comédie de St Etienne pour y donner un stage de 3 semaines.

Dernièrement elle amis en scène Humiliés et offensés d'après Fiodor Dostoïevski (Théâtre de Châtillon, TGP-CDN de Saint-Denis, Festival d'Avignon...) et travaille actuellement sur une adaptation de L'Assommoir d'Émile Zola.

 
nar6.png
AA-julie_bertin.jpg

Julie bertin interprétation

Après des études de philosophie à l'Université Paris I-Sorbonne, Julie Bertin entre à l'école du Studio Théâtre d'Asnières en 2009, pour intégrer le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique deux ans plus tard. Elle commence son travail de metteuse en scène en adaptant L'Éveil du printemps de Frank Wedekind, puis en créant Berliner Mauer : vestiges avec Jade Herbulot. La compagnie qu'elles fondent, Le Birgit Ensemble, crée des spectacles qui questionnent et retracent l'histoire de l'Europe de 1945 à nos jours. Elles créent leur deuxième spectacle Pour un prélude en 2015, et terminent une tétralogie intitulée Europe, mon amour avec les spectacles Memories of Sarajevo et Dans les ruines d'Athènes créés au 71e Festival In d'Avignon. En tant que comédienne, Julie Bertin joue dans Le Dilemme du poisson-chat, texte écrit et mis en scène par Kevin Garnichat au Studio Théâtre d'Asnières, puis dans L'Héritier de village, par Sandrine Anglade créé au centre Georges Simenon à Rosny-sous-Bois et en tournée en 2016 et 2017. A l’invitation de Claire Lasne-Darcueil, Julie Bertin et Jade Herbulot dirigent les élèves sortants du CNSAD en avril 2018, et montent avec eux Entrée libre (l’Odéon est ouvert).

À L’été 2018, Julie participe à la nouvelle édition du Festival Lyncéus à Binic où elle met en scène Notre petite ville de B., pièce écrite par Lucie Digout. L’automne dernier, s’est joué au théâtre de Belleville Le syndrome du banc de touche, écrit et interprété par Léa Girardet, et que Julie a mis en scène avant de présenter sa dernière création aux côtés de Jade Herbulot à la Comédie-Française, Les Oubliés (Alger-Paris). Elles préparent désormais l’écriture de leur prochaine pièce Roman(s) national prévu pour 2021.

 
birgit.png
f-e41-5bc730a419465_edited.jpg

Clara Chabalier interprétation

Formée au Studio Théâtre d'Asnières, puis à l'ERAC (Ecole Régionale d'Acteurs de Cannes), Clara Chabalier entre en 2012 en Second Cycle au CNSAD (Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique) avec une recherche sur les nouvelles technologies intitulée : Cassandre-Matériaux et présentée au Théâtre de la Commune- CDN d’Aubervilliers en février 2016. 

Elle travaille comme comédienne au théâtre et au cinéma avec notamment Jean-François Peyret (Re:Walden, Festival d'Avignon, Théâtre National de la Colline), Roméo Castellucci (Four Season Restaurant, Théâtre de la ville), Laurent Chétouane (Considering/Accumulations, Théâtre de la Commune - CDN Aubervilliers), César Vayssié (Un Film Evénement), Dieudonné Niangouna (Nkenguegi)... 

La compagnie Pétrole produit la mise en scène de ses spectacles, dans lesquels elle joue parfois : Calderón de Pier Paolo Pasolini, Autoportrait d’après Edouard Levé, Effleurement d’Asja Srnec Todorovic, et Voyage d’Hiver (une pièce de théâtre), d’après Elfriede Jelinek et Franz Schubert. 

Elle intervient régulièrement dans des écoles d’art dramatique, comme l’EDT91, l’ERAC, l’ENSAD de Montpellier ou la Manufacture de Lausanne. 

Elle collabore avec des artistes de différentes disciplines, comme le compositeur Sébastien Gaxie, la plasticienne Katia Kaméli, le danseur Sébastien Ly ou la fil-de-fériste Marion Collé. 

 
Pétrole.png
200877305_878159922803318_4514867525296957639_n_edited.png
julie-deliquet_edited.jpg

flora Chéreau corps et mouvement/danse

Comédienne et danseuse (classique et contemporaine), Flora Chéreau est une ancienne élève de l'École du Studio-Théâtre d'Asnières, des Conservatoires de La Roche-sur-Yon, Orléans et Poitiers, et de l'E.R.A.C.M. Elle est titulaire du D.N.S.P.C (Diplôme National Supérieur Professionnel de Comédienne) et du C.M.C (Certificat de Maîtrise de Compétences - «Développement de projets artistiques et culturels» - Option Spectacle vivant).

Elle a joué entre autres dans Potentia Gaudendi (Nouveau Théâtre de Montreuil) et Il pourra toujours dire que c'est pour l'amour du prophète ( au Festival IN d'Avignon et en tournée) mis en scène par Gurshad Shaheman, ainsi que dans Extra Moenia mise en scène par Emma Dante.

Membre de l'Académie de la Comédie Française (2019-2020), elle joue dans La Vie de Galilée de Brecht sous la direction d'Eric Ruf, Electre/Oreste d'Euripide mis en scène par Ivo van Hove, Les Fourberies de Scapin (mise en scène de Denis Podalydès), et Le Roi s'amuse de Victor Hugo (mise en scène d'Aurélien Hamard-Padis).

Elle travaille actuellement sur Cerveau, écrit et mis en scène par Clara Le Picard (2021-2022), Crayons de couleuvres (de Carine Lacroix) mis en scène par Tristan Dubois (2021-2022) et La Cargaison écrit et mis en scène par Souleymane Bah (saison 2022-2023).

 

Julie Deliquet interprétation

À l’issue de sa formation au Conservatoire de Montpellier puis à l’École du Studio-Théâtre d’Asnières, Julie Deliquet poursuit sa formation à l’École Internationale Jacques Lecoq. Elle crée le Collectif In Vitro en 2009 et présente Derniers Remords avant l’oubli de Jean-Luc Lagarce (2e volet du Triptyque Des années 70 à nos jours...) dans le cadre du concours Jeunes metteurs en scène du Théâtre 13, elle y reçoit le prix du public. En 2011, elle crée La Noce de Brecht (1er volet du Triptyque), puis en 2013, Nous sommes seuls maintenant, création collective et 3e volet du Triptyque. En 2015, elle met en scène Gabriel(le), pour le projet « Adolescence et territoire(s) » à l’initiative de l’Odéon – Théâtre de l’Europe, et crée Catherine et Christian (fin de partie), épilogue du Triptyque, au TGP-CDN de Saint-Denis dans le cadre du Festival d’Automne. En septembre 2016, elle met en scène Vania d’après Oncle Vania d’Anton Tchekhov à la Comédie française. Elle crée Mélancolie(s) en octobre 2017 d’après Les trois sœurs et Ivanov de Tchekhov.En 2019-2020, Julie Deliquet crée Un conte de Noël à l'Odéon Théâtre de l'Europe, et le projet du collectif In Vitro, Tchekhov dans la ville est en tournée. Série Noire - La chambre bleue, fiction policière immersive du Collectif In Vitro, est également en tournée. Elle est directrice du TGP, CDN de Saint-Denis.

 
DSC07754_edited.png
Chantal_Derouaz_modifié.png

Chantal Déruaz interprétation

Après être passée par La Rue Blanche et le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, elle travaille avec Daniel Mesguich, Claude Risac, Jacques Rosner, Michel Dubois, Jean-Yves Lazennec, Jean-Louis Martin-Barbaz, Ottomar Krejca, Isabelle Ehni, Daniel Benoin, Petrika Ionesco, Anne Delbée, Léonidas Strapatsakis, Robert Cantarella, Arlette Téphany, Gérard Darier, Georges Werler, Gaël Rabas, Roland Timsit, Aurore Prieto, Christina Fabiani, Claude Yersin, Guy Rétoré, Nathalie Fillion, Stéphane Douret, Hervé Van Der Meulen, Yveline Hamon.

On la retrouve également au cinéma avec Diva de Jean-Jacques Beineix, Le Retour de Martin Guerre de Daniel Vigne, Que les gros salaires lèvent le doigt, Réveillon chez Bob et L’Ami de Vincent de Pierre Granier-Deferre, Pas de scandale de Benoît Jaquot.

En 2010, elle met en scène pour Le Studio d’Asnières L’Ile des Esclaves de Marivaux et dernièrement Au delà des mers écrit et interprété par Michelle Brûlé.

Depuis 2013, elle joue à Paris et en tournée dans Les Pâtissières de Jean.-Marie Piemme, mis en scène par Nabil El Azan.

Elle a fait partie de l’équipe artistique et pédagogique de L’Ecole du Studio d’Asnières jusqu’en 2017.

 
IMG_7266.jpg
IMG_7266_edited.jpg
unnamed-1_edited.jpg

Lucie Digout interprétation/écriture

Après les Enfants de la Comédie et deux ans de classes préparatoires, elle intègre le Studio-Théâtre d’Asnières, l’Ecole du Jeu puis le Conservatoire National d'Art Dramatique en 2013. Elle travaille avec Xavier Gallais, Michel Fau, Yann-Joël Collin, Wajdi Mouawad, Caroline Marcadé et Jean-Marc Hoolbecq.
En 2014 Lucie joue au Centquatre dans l'Enjeu-Pro, dirigé par Delphine Eliet. Elle écrit et met en scène sa première pièce Une année, l'amour puis Carmen, finaliste du concours des Jeunes metteurs en scène du Théâtre 13, repris au Théâtre de Belleville en 2017. En 2018, Lucie joue dans Notre Innocence de et mis en scène par Wajdi Mouawad au Théâtre National de la Colline. Elle joue au cinéma pour Michel Leclerc dans La vie très privée de Monsieur Sim, dans Adieu Bohème de Jeanne Frankel et Cosme Castro, pour la 3ème Scène de l'Opéra Bastille. En 2019, Lucie joue dans Eldorado Dancing de Metie Navajo, mis en scène par Cécile Arthus au Théâtre Paris-Villette et en tournée. Elle tourne la même année dans le film de Mélanie Doutey, Avanti, édition 2019 des Talents Adami Cannes. En 2020 elle joue au Théâtre des Abbesses dans Phèdre mis en scène par Brigitte Jaques-Wajeman puis dans la reprise de Notre Innocence avec Wajdi Mouawad au Théâtre National de la Colline.
En 2021 elle créera le spectacle Ravissement, avec la compagnie Last lunch, mise en scène signée par Vanessa Bonnet.

 
Stéphane_Douret.jpg

Stéphane Douret interprétation

Dès 1986, il joue sous la direction d’A-M. Cardot et de B. Mercier dans plusieurs pièces de Tchekhov, puis V. Volkart le dirige dans Black Comedy de P. Shaffer.  En 1993, il joue aux côtés d’Y. Pignot dans Dom Juan de Molière m.e.s. par Y. Le Guillochet, puis intègre l’atelier dirigé par P. Bouclet où il reste deux ans. Il poursuit sa formation à l’École du Studio d’Asnières, où il travaille entre autres avec E. Tamiz, P. Simon et J-L. Martin- Barbaz.  En 1998, il joue à l’Espace Kiron Plaisirs d’Horreur, une trilogie m.e.s. par P. Simon, puis dans Visages de H. Colas m.e.s. par Rachida Brakni et Judith Caen à l’Art-Studio Théâtre et à l’Aktéon. Acteur au sein de la Compagnie du Studio dirigée par J-L. Martin-Barbaz depuis 1998, il joue sous sa direction entre autres dans L’Amour médecin de Molière, Barouf à Chioggia de Goldoni au Théâtre 13, Le Songe d’une Nuit d’ÉtéOccupe-toi d’Amélie, et sous celle d’H. Van der Meulen dans BajazetLes Chemins de Fer de Labiche, et Jacques ou la Soumission et L'avenir est dans les Oeufs de Ionesco. On le retrouve également dans L’Assemblée des Femmes d’Aristophane (m.e.s. par P. Simon), Feu la Mère de Madame de Feydeau (dirigé par S. Folgoas), et dans Je pense à toi de F. Smith, m.e.s. par Fabian Chappuis au Théâtre des Songes. Plus  récemment, on a pu le voir dans L’Hôtel du Libre-Échange m.e.s. par D. Lalizout, Le Médecin malgré lui de Molière dirigé par Lionel Gonzales, Pas Bouger d’E. Darley, et Confidences de Florence d’Azémar m.e.s. par E. de Sablet au Théâtre des Mathurins. Il joue également sous la direction de Julie Timmerman dans W.A.W.Y, d'après 1984 de G. Orwell, Zadig de Voltaire, et Vox Populi Show dirigé par T. Joulié. En 2013, il joue à nouveau Occupe-toi d’Amélie, cette fois sous la direction d’Henri Lazarini, et dans Je suis l’autre un court-métrage realisé par Aurélien Kouby, puis dans Sugar de Joëlle Fossier. I travaille également  en 2017 sous la direction de Gwenhael de Gouvello dans Ondine de Jean Giraudoux, et en 2019 dans Le Tour du Monde en 80 Jours d’après Jules Verne.

À partir de 1996, il travaille également comme assistant metteur en scène (entre autres avec P.Bouclet pour Andromaque avec l’École du Théâtre National de Chaillot), avant de créer en 1999 la Compagnie l’Omnibus, pour la quelle il adapte et met en scène entre autres Les Boulingrin de Courteline au Théâtre Déjazet, Les Mangeuses de Chocolat de P.Blasband, Une Femme seule et Le Réveil de D. Fo et F. Rame au Théâtre des Salorges de Noirmoutier, Le Mandat de N. Erdman au Théâtre 13 et en tournée, Le Dragon de Evgueni Schwartz également au Théâtre 13, et, plus récemment, Entre Liberté et Anarchie (d'après Liberté à Brême et Anarchie en Bavière) de Rainer Werner Fassbinder au Studio-Théâtre d'Asnières et au Théâtre de Belleville.

De 2013 à 2017, il est également intervenant auprès des première année de l'École du Studio-Théâtre d'Asnières-sur-Seine.

 
279187_4_edited.jpg

David Eguren voix/chant

Après une formation de comédien  au Studio-théâtre d'Asnières, David Eguren explore tous les genres du théâtre : de la comédie de Marivaux (Arlequin dans Le jeu de l’amour et du hasard ) à  la tragédie de Shakespeare (Antigonus dans Le conte d’hiver), du drame de Montherlan (le marquis de Vargas dans Le maître de Santiago) au vaudeville de Feydeau (Annette dans Feu la mère de Madame) en passant par le « boulevard » américain du côté de chez Christopher Durang (Bob dans Moi, Je personnellement)

Ayant étudié le chant avec Danièle Dinant, il aborde le répertoire musical en 1997 avec le rôle-titre de l'opérette Phi-Phi de Christiné et Willemetz. L'année suivante, Jean-Louis Martin-Barbaz lui confie le rôle de Mlle Poiretapée dans Mesdames de la Halle de Jacques Offenbach. Il apparaît dès lors dans la création de plusieurs spectacles musicaux dont Chance de Hervé Devolder (Molière 2019  du spectacle musical), Parce que je vous aime de Raphaël Sanchez mis en scène par Nicolas Lormeau (sociétaire de la Comédie Française) ou encore La Tour de 300 Mètres au Théâtre des Mathurins, spectacle dans lequel il tient le rôle de Gustave Eiffel. Passionné de théâtre musical, il s'investit dans des projets comme 1939-WAR-1945, Poil de carotte - le musical pour lesquels il assure la mise en scène ou encore Dracula. Il travaille également comme auteur sur plusieurs projets musicaux dont Plouft, le petit fantôme, spectacle jeune public pour lequel il a écrit plusieurs chansons, On va faire la cocotte d’après Feydeau, ou encore Montmartre.

En 2006, il joue Trois valses d'Oscar Straus mis en scène par Jean-Louis Grinda, avant d'intégrer la troupe de la comédie musicale Le Roi lion (Molière 2008 du spectacle musical) mise en scène par Julie Taymor au théâtre Mogador, dans laquelle il est Zazu pour près de 1000 représentations entre 2007 et 2010. 

Durant la saison 2013-2014, il joue Big Ben dans La Belle et la Bête, toujours au théâtre Mogador. En 2015, il est le metteur en scène de Dirty Dancing au Palais des sports de Paris et en tournée en France. Fort de son succès, ce spectacle reviendra au Palais des congrès de Paris en 2018. Cette même année il s’occupera de la création en France de la comédie musicale Bodyguard au Palais des Sports.  On a pu le voir dernièrement à l’affiche du Théâtre Édouard VII dans Jules Verne (nommé Molière du meilleur spectacle jeune public 2019).

En décembre 2021, il sera à l'affiche des Producteurs, mis en scène par Alexis Michalik au Théâtre de Paris.

 
142367890_793837384568906_9220696885985705143_n_edited.jpg
166607274_831572920795352_7593275213234144271_n_edited.jpg
Olivier_Fredj.jpg

olivier Fredj voix/chant

Guitare classique, théâtre, littératures anglo-saxonnes, chant : le goût d’apprendre d’Olivier Fredj emprunte une grande variété de voies qui le mèneront finalement à l’opéra, après avoir été coordinateur de missions pédagogiques et sociales dans plusieurs grandes villes d’Europe et en Afrique du Sud puis journaliste culturel.
Il rejoint ensuite le Studio Théâtre d’Asnières pour des projets de mise en scène puis grâce à Elsa Rooke et Pierre-François Heuclin, l’Opéra-Comique comme régisseur général notamment avec William Christie, Adrian Noble et John Eliott Gardiner (Carmen).
Il collabore avec Robert Carsen sur My Fair Lady dont il assure les reprises au Théâtre Mariinski de Saint-Petersbourg, au Théâtre du Châtelet et au Lyric Opera de Chicago. Il l’assistera sur Rigoletto de Verdi au Festival d’Aix en Provence et pour ses reprises au Grand Théâtre de Genève et au Théâtre du Bolchoï à Moscou.
Au Festival d’Aix-en-Provence il assistera également Simon McBurney pour Die Zauberflöte. Enfin, il assiste Robert Carsen et assure les reprises de Singin’ in the Rain au Théâtre du Châtelet et au Grand Palais.
Il rencontre l’ensemble 2e2m avec lequel il collabore pour la création de Chat Perché, à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille et met en scène Love Box de Benjamin Hertz.
Toujours au Châtelet, il assiste Lee Blakeley pour Sweeney Todd de Sondheim, remonte la production de The Sound of Music (m.e.s Emilio Sagi), puis collabore avec Fanny Ardant pour mettre en scène Passion de S. Sondheim.
Jean-Luc Choplin lui confie sa première mise en scène d’opéra avec Il Re Pastore de Mozart au Théâtre du Châtelet. Peter de Caluwe lui confie Macbeth de Verdi à l’Opéra Royal de La Monnaie à Bruxelles en coproduction avec le Teatr Wielki de Poznan.
Il signe le Gala d’ouverture de la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt avec Insula orchestra et met en scène Funeral Blues, the Missing Cabaret, une pièce qu’il crée à partir des œuvres de W.H Auden et Benjamin Britten, avec le baryton Laurent Naouri.
Il met en scène Bonsoir! avec Frédéric Mitterrand et interprète Le Prince dans Peau d’Âne de Jacques Demy et Michel Legrand au Théâtre Marigny. Sa pièce Funeral Blues est reprise au théâtre des Bouffes du Nord.
Il écrit et met en scène un spectacle musical pour l’Orchestre de Chambre de Paris et le centre pénitentiaire de Meaux. Il écrit également un projet d’opéra basé sur G.Donizetti pour l’Opéra de la Monnaie à Bruxelles.

 
img_3925_edited.jpg

Gaëtan Gauvain interprétation

Après avoir suivi le cours d'initiation à l'École Internationale Jacques Lecoq, Gaëtan Gauvain se forme à l'École Internationale Saidi Lassaâd à Bruxelles puis intègre l'École du Studio d'Asnières en 2007.
En tant que comédien, il travaille entre autres avec la compagnie "Les Transformateurs" et joue dans Les Constructeurs, avec la compagnie "Ecknobuls" dans Macbeth, et joue également Kids de Fabrice Mequiot sous la direction d'Éric Charon, et Croisades de Michel Azama sous celle de Guillaume Servely.
Dès 2009, il contribue à la fondation du LAABO, compagnie dirigée par Anne Astolfe. En résultent 2 créations: Hold On et (Ex)-Limen. Il participe aux projets One shot et Rush, formes évolutives sur l’actualité. Le travail de recherche avec LE LAABO, l'amène à l'écriture. En 2017, il fonde la compagnie "Et rien d’autre", et obtient la Mention Spéciale du Prix Théâtre 13/Jeunes metteurs en scène avec le spectacle Agathe et la chose commune. En 2019, il est lauréat de la bourse à l’écriture SACD et de l’aide à la création d’ARTCENA pour Jeanne ou l’être étrange élevé parmi nous.
Il est également pédagogue et enseigne ou a enseigné dans de nombreux théâtres et conservatoires de la région parisienne (Ferme du Buisson, Théâtre Romain Rolland de Villejuif, Théâtre du Hublot à Colombes, ...)

logo gaetan.jpg
 
31052_13_edited.jpg

Yveline Hamon interprétation/travail du comédien

Après des études au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique, elle travaille notamment avec Jacques Rosner, Antoine Vitez, Daniel Mesguich, Charles Tordjman, Brigitte Jaques, Jean-Michel Rabeux, Mourad Mansouri , Christian Benedetti, Pierre Trapet, Tahar Ben Jelloun, Gilles Bouillon, Jean-Louis Martin-Barbaz, Laurent Pelly, Aurore Prieto, Hervé Van der Meulen, Emmanuel de Sablet, Roger Planchon, Christophe Rauck, Agathe Alexis, Olivier Oudiou, Dominique Pitoiset …
A l’image, elle travaille avec entre autres Alain Resnais, Jacques Rouffio, Caroline Huppert, Marc Angelo, Jacques Malaterre, Philippe Triboit, François Margolin, Dominique Tabuteau, Frédéric Massiot, David Delrieux, Guillaume Nicloux, David et Stéphane Foenkinos.
Elle a mis en scène : Les Vents du Tombeau d’après les séances de spiritisme de Victor Hugo à Guernesey, Le dernier pays avant la mer d’après les entretiens Duras-Mitterrand parus dans l’Autre Journal, L’Epreuve de Marivaux, La cour du Lion d’après La Fontaine et Saint-Simon, Brocéliande co écrit avec Danick Florentin, Pendant ce temps-là, je passe, parcours bucolique et chorégraphique, Il n’y a plus d’après..Il n’y a qu’aujourd’hui ! ( La bande du Tabou ) Cabaret sur Saint-Germain-des-Prés, Un bon petit diable, Les petites filles modèles et Les malheurs de Sophie, d’après la Comtesse de Ségur, en collaboration avec Jean-Louis Martin Barbaz.
Dernièrement au Théâtre elle joue Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard m.e.s Agathe Alexis, Cyrano de Bergerac m.e.s Dominique Pitoiset, Dialogues des Carmélites de Bernanos m.e.s Hervé van der Meulen, Justin prend du Spectrum de Rémi de Vos m.e.s Olivier Oudiou et au cinéma Jalouse de David et Stéphane Foenkinos.
Elle a fait partie de l’équipe artistique et pédagogique de l’École du Studio d’Asnières jusqu'en 2017.
En 2009 elle rejoint l’équipe de Robin Renucci à L’Aria en Corse et en septembre 2018 les cours Raymond Acquaviva.

 
unnamed_edited.jpg

JONATHAN HECKEL interprétation

Après une formation initiale au Studio-Théâtre d’Asnières, il entre en 2003 à l’EPSAD, l’École Professionnelle Supérieure d’Art Dramatique de la région Nord – Pas-de-Calais dirigée par Stuart Seide (promotion 2003-2006).
Il joue dans Hamlet(s), puis entre dans le collectif de jeunes acteurs du Théâtre du Nord pour deux ans. Il est ainsi l’un des interprètes de Hijra d’Ash Kotak. On le retrouve également dans plusieurs séries d’Avantscènes, petites formes théâtrales mises en espace par Stuart Seide. Il interprète Florio dans Dommage qu’elle soit une putain, mis en scène par Stuart Seide, il joue aussi dans Les Amoureux, mis en scène par Gloria Paris, dans Si j’avais su j’aurais fait des chiens de Stanislas Cotton mis en scène par Vincent Goethals. Stuart Seide le dirige à nouveau dans Mary Stuart de Friedrich Schiller dans le rôle de Davison. Par ailleurs, il reprend chaque été En quête d’ailes, le spectacle créé en 2006 par le Nada Théâtre.
De 2006 à 2011, il est acteur permanent au Théâtre du Nord, et y met en scène différentes petites formes avec la troupe.
Il continue de jouer dans les spectacles de Stuart Seide et fait de nouvelles rencontres en s’impliquant dans Un Festival à Villereal. Il y est d'abord uniquement comédien, et, en 2013, il y met en scène et interprète Modeste proposition, forme créée dans une boucherie, d’après l’oeuvre de Jonathan Swift. Ce spectacle sera joué jusqu’en 2016.
De ce spectacle naitra la Compagnie Théâtre Avide fondée avec Delphine Prouteau.
Pour la compagnie Label Brut il met en scène La plus forte de Strindberg, joué au festival mondial de la marionnette. Parallèlement, avec sa compagnie il mène un travail de laboratoire avec des acteurs autour de la société des abeilles. À cette occasion il travaille avec des apiculteurs parisiens. 
Il continue son activité d’acteur en jouant avec Johanny Bert dans Elle pas princesse lui pas héros de Magalie Mougel au théâtre de Sartrouville et dans Fumer de Josep Maria Miro mis en scène par Didier Ruiz.
Avec le Théâtre Avide, il crée le projet Ordures au Collectif 12 de Mantes-La-Jolie, qui comporte différentes formes autour de ce que rejette la société. Pour ce projet, il a travaillé comme éboueur à Paris et Gennevilliers. Il met en scène ces différentes formes, dont certaines sont des installations plastiques, et joue dans l’une d’elles.
En 2017, il met en scène le spectacle Abeilles adaptée de La vie des abeilles de Maeterlinck, qu’il co-écrit avec des acteurs à la Scène Nationale de Château-Gontier, au Théâtre de Fontenay-sous-bois, au Studio-Théâtre de Stains et avec la Ville de Cergy.

 
Unknown-1.png
IMG_3104.jpeg
IMG_3104_edited.jpg
Clara hedouin.png

Clara Hédouin interprétation

Elle intègre l’Ecole Normale Supérieure de Lettres et de Sciences Humaines à Lyon en 2008 et commence sa formation au Studio-Théâtre d’Asnières en 2011. Elle lance alors avec Jade Herbulot le projet Les Trois Mousquetaires — La Série, et crée avec elle le Collectif 49 701 où Clara travaille comme auteure, metteuse en scène et comédienne. Depuis, elle a travaillé notamment sous la direction de Gwenaël Morin au Théâtre du Point du Jour à Lyon et au Palais de Tokyo, et poursuit une thèse de doctorat en Études théâtrales à l’Université de Rennes II.

 
Jade%20Herbulot_edited.png

jade Herbulot interprétation

Après des études de littérature à l’École Normale Supérieure de Lyon, elle se forme comme comédienne au Studio-Théâtre d’Asnières, et entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris en 2011. Elle poursuit également un doctorat sous la direction de Christian Biet en Arts du spectacle à l’Université de Nanterre. Elle co-fonde en 2014 avec Julie Bertin Le Birgit Ensemble qui présente Berliner Mauer: vestiges, au Théâtre Gérard Philipe CDN de Saint-Denis en février 2015, (repris en 2016 au Théâtre des Quartiers d’Ivry). Elle a créé le projet Les Trois Mousquetaires — La Série avec Clara Hédouin en 2012 et travaille depuis au sein du Collectif 49 701 comme auteure, metteuse en scène et comédienne. Julie Bertin et Jade Herbulot ont créé leurs deux derniers spectacles, Memories of Sarajevo et Dans les ruines d’Athènes, en juillet 2017, lors de la 71e édition du Festival d’Avignon. Ces deux volets forment avec ceux qui précèdent une tétralogie autour du passage du XXe au XXIe siècle intitulée Europe, mon amour.
Dès 2018, elle entame avec Julie Bertin un nouveau cycle d’écriture consacré à l´Histoire de la Ve République Française.
Dans ce cadre, elles présentent Entrée libre (l´Odéon est ouvert) au CNSAD en avril 2018, et créent Les Oubliés Alger-Paris en janvier 2019 au Théâtre du Vieux-Colombier de la Comédie-Française.

 
birgit.png
Sylvain%20Levitte_edited.jpg

Sylvain Levitte interprétation

Il commence son parcours artistique par les arts du cirque puis intègre la Maîtrise des Hauts-de-Seine où il chante entre autre à l’Opéra Bastille, au Festival d’Aix-en-Provence, au cirque Alexis Grüss dans différents opéras. Il fait sa formation de comédien et metteur en scène à l’Avant-Scène de Rueil-Malmaison, au Studio-Théâtre d’Asnières puis au CNSAD, promotion 2012.

Sylvain Levitte crée la compagnie Les Choses ont leurs Secrets en 2013 et met en scène La Nuit des Rois, Le Roi Lear (Shakespeare), Lulu(s) (Wedekind), L’Augmentation (Perec), L’île des esclaves (Marivaux), Les Fâcheux (Molière). Le travail sur le corps est au coeur des processus de création.
​En tant qu’acteur, il joue sous la direction de Declan Donnellan dans Andromaque (Racine) et Ubu Roi (Alfred Jarry), de Jorge Lavelli dans Le Garçon du dernier rang (Juan Mayorga), de Jacques Vincey dans La Nuit des Rois (Shakespeare), de Macha Makeïeff dans Trissotin ou Les Femmes savantes (Molière) et La Fuite (Boulgakov), de Luc Bondy dans Les Fausses Confidences (Marivaux) et Tartuffe (Molière), de Patrick Simon dans Cérémonies (Dominique Paquet), de Jean-Christophe Blondel dans Retours et Voyage d’hiver (Fredrik Brattberg), de Julie Brochen dans Le Cadavre Vivant (Tolstoï).
​Depuis la rentrée 2020, il est l'assistant de Peter Brook.

 
Logo Les choses.png
TristanLhomel.png

tristan Lhomel corps et mouvement

Tristan Lhomel a suivi des cours d’art dramatique au Conservatoire Régional de Cergy Pontoise. Il s’est formé aux techniques de Jacques Lecoq auprès de Thierry Le Gall puis il a développé sa palette et enrichi son jeu dans le cours de Coco Feilgerolles sur des textes de Victor Hugo, Karl Valentin, Molière, Jean Anouilh, etc... 

Il joue La Célestine, dans une mise en scène de Henri et Frédérique Lazzarini au Vingtième Théâtre. La même année il passe son DET (Diplôme d’Etudes Théâtrales) avec mention du jury.
Durant trois ans, dont deux à l’école du Studio-Théâtre d’Asnières et une année au CFA des comédiens, il complète sa formation, notamment aux côtés de Jean-Louis Martin Barbaz. Il participe à la création du Collectif 49 701 avec la série théâtrale les 3 Mousquetaires.
En parallèle il est comédien-danseur au sein de la troupe des Edulchorés ( Vie de Grenier, Prix Jeune Talent de Ville d’Avray et Prix spécial du jury à Nanterre Université ). La compagnie a également participé aux festivals Ici et Demain et Premiers Pas au Théâtre du Soleil de la Cartoucherie. Il a co-mis en scène Jeanne et Serge avec Emma Pasquer. Avec la compagnie Le Tambour des Limbes il joue Le Petit Oiseau Blanc d’après le roman de James Matthew Barrie. Il joue Petites Histoires de la grande Guerre avec le Théâtre Uvol. Il travaille avec les compagnies Ito Ita et Drôle de Science. Il participe à des performances théâtrales en tout genre.
Tristan continue sa formation de danseur auprès de Jean-Marc Hoolbecq et au Centre des Arts Vivants avec Yano Iatridès et lors de nombreux stages à Micadanses ou à l'école du Jeu. Il a participé à de nombreuses créations collectives et des courts métrages. Il donne des cours de théâtre et crée des spectacles depuis quatre ans auprès de jeunes défavorisés, de personnes âgées ou d'élèves d'écoles élémentaires. Il a fait de la boxe, du systema et pratique l’acrobatie depuis 3 ans. Il s’est également essayé à la réalisation, et à l’écriture de slam.

 
 
Antoine Reinartz.jpg
media.jpg

Antoine Reinartz interprétation

Suit un Master en Management de la Solidarité à Nice, New York et Nagoya ; puis travaille dans la réinsertion de personnes détenues.
Il reprend ses études de théâtre pendant deux années à l’Ecole du Studio-Théâtre d'Asnières, puis sort diplômé du Conservatoire National de Paris en 2014. Pendant toutes ses études, il participe à l’adaptation des Trois mousquetaires sous la forme d’une série théâtrale, six spectacles d’une heure et demie.
Il travaille d’abord essentiellement au théâtre en Europe (Suède, Italie) puis revient en France pour jouer sur scène le rôle d’Anders Breivik dans Les Evénements aux côtés de Romane Bohringer.
Au cinéma, après deux premiers longs-métrages, il endosse le rôle de Thibault en 2016 dans 120 battements par minute. Sous l’œil de Robin Campillo, il y incarne le président d’Act-Up. Il reçoit pour ce rôle le César du Meilleur Second Rôle en 2017.
Après un bref passage devant les caméras d’Olivier Assayas, Thomas Cailley, et Louis Julien Petit, il tourne en 2018 dans : La Vie Scolaire de Grand Corps Malade et Mehdi Idir, Chanson Douce de Lucie Borleteau, et le rôle titre aux côtés de Roschdy Zem, Léa Seydoux et Sarah Forestier dans le film d’Arnaud Desplechin, Roubaix, une lumière.

 

Camille de Sablet concours

IMG_7177_edited.jpg

Formée à l’Ecole du Studio théâtre d'Asnières, elle intègre le CNSAD en 2006 où elle travaille entre autres avec Dominique Valadié, Daniel Mesguich, Philippe Torreton, Gérard Desarthe ou encore Caroline Marcadé et Mario Gonzales avec qui elle découvre le travail masqué et le clown.

En 2008 elle obtient le premier prix Silvia Monfort de Tragédie avec Médée et Marion Delorme

Circassienne de formation (acrobate), elle prolonge son apprentissage du clown auprès de François Cervantès et Catherine Germain. Travail qu’elle considère relativement essentiel pour aller chercher en creux toute la puissance tragique et la démesure de l’acteur dans ce qu’il a de plus insolent, de tendre et d’inébranlable. Retour à l’essence de l’être. A l’être qui fait sens.

Elle tourne régulièrement et depuis son plus jeune âge pour le cinéma et la télévision avec notamment Catherine Corsini, Arnaud Sélignac, Guillaume Nicloux, Nicolas Bedos, Thierry Petit, Sébastien Carfora ou encore Olias Barco et Maiwenn … Elle interprète Maria Casarès dans le téléfilm sur Camus réalisé par Laurent Jaoui. Dernièrement on a pu la voir dans la mini-série Aurore, réalisée pour Arte par Laetitia Masson, avec qui elle collaborait pour la troisième fois, dans Alex Hugo sur France 2 réalisé par Pierre Isoard et au cinéma dans Prendre le Large réalisé par Gaël Morel. 

Au Théâtre, elle joue Noren, Sartre, Büchner, Crimp, de Vos, Copi, Claudel, Tchekhov, Marivaux, Jon Fosse, Jarry, Pinter, Schwab, Shakespeare et Feydeau… sous la direction de Georges Lavaudant, Emmanuel de Sablet, Antoine Mathieu, Yveline Hamon, Jean Jacques Beinex, Brigitte Jacques, Sarah Llorca, Pierre Pradinas, Alexandre Zeff, Agathe Alexis… 

On a pu la voir dans Sœurs de Pascal Rambert avec Philippe Baronnet, qui l’a déjà dirigée dans Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Noren au CDN de Sartrouville et au théâtre de la Tempête. 

Parallèlement, elle participe à des fictions radiophoniques pour France Culture et France Inter et enseigne au cours Raymond Acquaviva depuis 2019.

123826373_739621546657157_1185423316325218509_n_edited.jpg

Léonie Simaga interprétation

Ancienne de l'école du Studio d'Asnières et du Conservatoire National d'Art Dramatique, elle est comédienne mais aussi metteur en scène et pédagogue. Un parcours exceptionnel: deux mises en scène à la Comédie Française où elle est restée dix ans, comédienne au théâtre pour Denis Podalydès, Bob Wilson, Jean-Louis Benoît, Laurent Pelly ou Christophe Rauck, au cinéma pour Maiwenn, Andréa Bescond ou Nicolas Pariser. Léonie Simaga est également Chevalier dans l' Ordre des Arts et des Lettres.

 
Patrick Simon

Patrick simon interprétation/lecture

Co-directeur du Groupe 3.5.81
Co-directeur de l’Espace culturel Boris Vian des Ulis de 2008 à 2015
Professeur au Studio-Théâtre d'Asnières de 1994 à 2017
Acteur sous la direction de François Timmerman, Jean-Luc Moreau, Georges Wilson, Pierre Boutron, Pierre Chaussat, Claude Santelli, Henri Calef, Claudia Morin, Pierre Cardinal, Gilles Béhat, Georges Lautner, Yvan Romeuf, Jean-René Gossard, Raymond Paquet, Bernard Anberrée, Patrick Seignelonge, Josée Dayan, Patrick Pelloquet, Christina Fabiani, Hervé Van der Meulen, Jean-Louis Martin-Barbaz, Sarah Sanders, Jean-Renaud Garcia, Henri Calef, Pierre Cardinal, Gilles Grangier, Georges Paumier, Gérard Gozlan, Jean Hénin, Gilles Béhat, Josée Dayan, Georges Lautner…
Metteur en scène: Le Vaisseau-amiral de José Pierre, Lettres de guerre de Jacques Vaché, L’Assemblée des femmes d’Aristophane, Colette, Dame seule, d’après Colette, Rencontres fortuites de Patrick Valade, La Ciudad del sueño, Congo-Océan, L’île des poids-mouches, La Byzance disparue, Les Escargots vont au ciel, Le Manger-mou et le sous-vide, Froissements de nuits, Un hibou à soi, Les Echelles de nuages, La double vie de Félida, Nazo blues, Les Maîtres-Fugueurs, Son Parfum d'Avalanche, Terre parmi les courants, Cérémonies de Dominique Paquet, Cinq semaines en ballon d’après Jules Verne, Le Boucher cartésien, d’après Descartes, Au bout de la plage…le Banquet d’après Platon, Le Sang démasqué d’après Hervé Guibert, Le Fils de Christian Rullier, Le livre de Job avec Bruno Netter, Pourquoi m’as-tu fait si laid, Mary ? d’après Mary Shelley, La Terre est à nous d’Annie Saumont, Le Voyageur de Daniel Bérezniak, Chlore de Karin Serres, Jaz de Koffi Kwahulé, Le ventre des philosophes de Michel Onfray, Dissipation des brumes matinales de Dominique Paquet, Françoise Pillet et Karin Serres, Enquête sur Hamlet d’après Pierre Bayard, Changer constamment en lumière et en flammes de Michel Onfray, Tête de linotte de Laurent Contamin…

3581.png
 
20120531_AnneElodieSorlin_1_MG_2618_edited.jpg

Anne-élodie Sorlin interprétation

Formée au conservatoire du IXème arrondissement de Paris puis à l’École du Studio-Théâtre d'Asnières, elle joue dès 1997 le rôle de Véra dans Un dimanche à la campagne de Tourgueniev,  Don Juan ou la Mort qui fait le trottoir de Montherlant au Théâtre de la Madeleine avec Georges Wilson, mise en scène par Jean-Luc Tardieu. Elle participe dès leurs débuts aux créations itinérantes des Petits Pieds dirigée par Joséphine de Meaux et crée sa propre compagnie aux côtés de Jean-Christophe Meurisse où elle met en scène entre autre Naives Hirondelles de Dubillard au Théâtre Déjazet.

Elle est co-auteure et comédienne au sein du collectif Les Chiens de Navarre qui a joué depuis 2008 aux TJCC de Gennevilliers, à la Ménagerie de Verre, au Centre Pompidou, à Montevideo Festival Actoral, aux Bouffes du Nord, aux Théâtre du Rond-Point à Paris, aux USA, au Canada, etc… et ce jusqu'à la création du spectacle Les Armoires Normandes en 2017.

Elle collabore ensuite avec Jean-Luc Vincent à la création de Détruire de Marguerite Duras dans lequel elle joue Duras elle-même, et parallèlement crée avec Daniela Labbé-Cabrera le collectif I am a bird now. Ensemble, elles conçoivent et interprètent Le Voyager Record au Théâtre de Vanves, au Théâtre Paris-Villette et au Théâtre des Amandiers de Nanterre.

Elle joue au Théâtre du Rond-Point dans Fumier mis en scène par Thomas Blanchard, et rejoint la Compagnie des Lucioles pour la reprise de La Cuisine d’Elvis mis en scène par Pierre Maillet.

Elle joue au Festival d’Avignon-In dans Au-delà de la forêt le Monde de Miguel Fragata, repris au Théâtre de la Ville. Elle collabore à la performance BOUM de Xavier Deranlot et travaille avec Jean-Michel Ribes sur Palace au Théâtre de Paris.

En septembre 2020 elle présente Jamais labour n'est trop profond, conçu avec Thomas Scimeca et Maxence Tual, au Théâtre Nanterre Amandiers- Centre Dramatique National, et crée sa nouvelle compagnie : Labour.

En 2021 elle est en création avec On ne paie pas on ne paie pas de Dario Fo Mis en scène Bernard Levy qui se jouera en 2023 au Théâtre de la Tempête et avec Les Brigands mis en scène Mikael Serres au CDN de Montpellier et au Montfort Théâtre.

Actuellement elle met en scène Kamel Abdessadok dans J’attends que mes larmes viennent, son premier seul en scène qui sera créé en Janvier 2022 au Montfort Théâtre.

Au cinéma elle tourne avec Yoshi Oida, Jérome Bonnel, Emmanuel Mouret, Philippe-Emmanuel Sorlin, Orest Romero Morales, dans le moyen métrage Il est des nôtres de Jean-Christophe Meurisse, et en 2016 dans le premier court-métrage de Xavier Deranlot Joie .

 
IMG_6448 copie.jpg
IMG_6448_edited.jpg
cid_98062C58-EE06-482C-97E8-63D582138DCB.jpg

Gwendal Anglade interprétation

Formé au cours René Simon et à l’Ecole du Studio Théâtre d’Asnières, Gwendal Anglade interprète Puck dans Le songe d’une nuit d’été mis en scène par Jean-Louis Martin-Barbaz, Jacques dans Jacques ou la soumission mis en scène par Hervé Van Der Meulen, Etienne dans Occupe toi d Amélie mis en scène par Jean-Louis Martin-Barbaz, Garbenco dans L’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer de Copi mis en scène par Julie Deliquet, Ivan dans Le Mandat de Nikolaï Erdman, mis en scène par Stéphane Douret, Carl dans Le chemin des passes dangereuses de Michel Marc Bouchard mis en scène par Claude Cretient...
En 2009, dans le cadre de l’École des maîtres et sous la direction d’Arthur Nauzyciel, il joue A doll’s house d’Ibsen en tournée à Liège, Reims, Rome et Lisbonne.
La même année, il participe à la création du collectif In Vitro dirigé par Julie Deliquet. Gwendal joue dans les trois premières créations du collectif : Derniers Remords avant l’oubli de Lagarce, La Noce de Brecht et Nous sommes seuls maintenant (création collective).
En 2013 Gwendal joue dans Naissance de Julien Guyomart au TGP à Saint Denis.
À la rentrée 2014, le triptyque du collectif In Vitro est repris dans le cadre du Festival d’Automne à Paris (au Théâtre de la Ville, au TGP). Il joue ensuite au Théâtre de l’Aquarium (Cartoucherie) dans la pièce Peggy Pickit voit la face de Dieu de Roland Schimmelpfennig, mis en scène par Aurelie Van Den Daele.
En 2015, dans le cadre du festival d’Automne, il créé Catherine et Christian avec le collectif In Vitro, au CDN de Saint-Denis puis en tournée.
En 2018, il participe à la création de Mélancolie(s), au CDN de Lorient, au CDN de Saint Étienne, reprise au théâtre de la Bastille et en tournée.
En 2017, il crée Night and Day mis en scène par Gaëlle Lebert , adapté de nouvelles de Dorothy Parker et entame en 2018 le travail sur Tout ce que j’aimais de Siri Hustvedt, deuxième collaboration avec Gaëlle Lebert et la Compagnie Vagu’only. Tout ce que j aimais a pu être créé début mars 2021 en huis clos professionnel en attendant mieux...!

 
Rom%25C3%25A9o-et-Juliette-1-cr%25C3%25A9dit-photos-Dominique-Vall%25C3%25A8s-sd-large-160

Alexandre Delawarde environnement professionnel

Fondateur de la compagnie NAR6 (1997), il est metteur en scène, comédien et gestionnaire. Il se forme à l’art dramatique à la Métaphore (Lille), puis au conservatoire à Paris et intègre l’École puis la compagnie du Studio d’Asnières en 2000. Comédien et parfois assistant, il joue pour Hervé Van Der Meulen, Jean-Marc Hoolbecq, Jean-Louis Martin-Barbaz, Lionel Gonzales, Stéphane Douret, Paul Desveaux, Benoît Seguin et Anne Barbot. Il met en scène La Dispute de Marivaux, Tailleur pour Dames et Chat en poche de Feydeau, puis Shitz de Levin, et plus récemment, il joue et collabore à la mise en scène d’Anne Barbot, Yvonne, Princesse de Bourgogne de Gombrowicz, ainsi que Roméo & Juliette : thriller médiatique d’après Shakespeare.
Diplômé de l’EDHEC et d’un MASTER 2/Recherche en Marketing, il complète sa formation, en parallèle de son parcours d’artiste, par le MASTER 2/Management des Organisations culturelles à Paris-Dauphine .
Il accompagne en plus de NAR6 des équipes artistiques dont le DEUG DOEN GROUP/Aurélie Van Den Daele, Plexus Polaire/Yngvild Aspeli, Le théâtre de l'homme/Dimitri Klockenbring…
De 2016 à 2018, il co-invente, crée, structure et ouvre LES PLATEAUX SAUVAGES (Paris XXe) en compagnie de l’équipe initiale.
Depuis sa création, il œuvre au développement de A4, structure d’accompagnement d’artistes par des administrateurs/artistes.

 
nar6.png
183494783_855312231754754_5301944267560995366_n_edited.jpg

Sean Guégan cascades et combats

Il intègre l'École du Studio Théâtre d’Asnieres en 2009. La même année il tourne dans le téléfilm Blanche Maupas où il donne la réplique à Romane Bohringer et Thierry Fremont puis joue par la suite des rôles secondaires dans des séries comme Un Village Français ou le Sang de la Vigne mais aussi pour de nombreux longs métrages et des productions de jeux vidéo grâce aux développement de la Motion capture.

Il travaille également avec son père cascadeur pour le cinéma qui lui met le pied à l’étrier dans le milieu de la cascade. Au fur et à mesure de ses expériences de cascadeur il travaille en 2018 à Disneyland Paris dans un spectacle vivant autour des personnages de l’Univers Marvel qui s’affrontent sur scène. En parallèle Sean est également chanteur/compositeur. Il enchaîne les salles parisiennes et fait en 2012 la première partie de Michael Gregorio sur la scène du Bataclan et du Trianon ou il interprète ses propres compositions. Plus récemment il a travaillé en tant que comédien dans la série Netflix Parti pour de bon  et en tant que cascadeur dans le film Astérix 5 prévu pour 2022.

 
ClaireLamarre2015-7_edited_edited.jpg

claire Lamarre environnement professionnel

Formée comme actrice à l’Ecole du Studio d’Asnières, elle joue d’abord sous la direction de Jean-Louis Martin-Barbaz, Jean-Marc Hoolbecq et Patrick Parroux au sein de la compagnie du Studio. Sous la direction de Jean-Claude Penchenat, elle a joué dans Carola de Jean Renoir et a participé à une centaine de lectures publiques. Avec Frédéric Mauvignier et Jean-Paul Bezzina, elle chante dans le groupe punk The Bank Robbers (Maison des Métallos, Gibus, New Morning). En 2009, elle créé la compagnie Les Matins clairs et met en scène La Vie de Galilée de Brecht à l’Observatoire de Paris, puis Je ne trompe pas mon mari de Feydeau et met en scène une commande d’écriture à Evelyne Loew, Lavoisier, L’autre Révolution, créé au Théâtre de Charenton. Par ailleurs, elle a continué les lectures publiques, notamment avec "Lectures et Lecteurs", en milieu pénitencier. Elle a prêté sa voix à une dizaine d’expositions au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme. Elle enseigne régulièrement au Studio de Formation théâtrale à Vitry. Elle travaille actuellement à la création collective du spectacle Héros zéro.
Les enjeux artistiques et de formation sont depuis longtemps au cœur de sa démarche. Le sujet de son mémoire de philosophie de master 2 à la Sorbonne portait sur l’apprentissage du jeu de l’acteur et sa théorisation par Constantin Stanislavski. A Paris-Dauphine, son mémoire de master 2 (Management des Organisation culturelles) portait sur la formation professionnelle du Comédien en France.
A partir de 2014, elle rejoint plusieurs équipes d’administration pour des compagnies de théâtre comme : Nar6 (Alexandre Delawarde et Anne Barbot), Idiomécanic théâtre (Julie Timmerman), Le Théâtre de l’homme (Dimitri Klockenbring), Artépo (Stanislas Roquette) et Incandescence (Gabriel Dufay). Avec A4, elle accompagne des artistes dans leur projet.

 
223794_18.jpg

Emmanuelle rivière environnement professionnel

Du Grand guignol à la tragédie grecque, en passant par le théâtre engagé et le spectacle musical, Emmanuelle s’est essayée dans tous les répertoires. Elle a travaillé plusieurs fois sous la direction d’Alfredo Arias mais aussi d’Antonio Diaz Florian, Lucien Marchal, Rodrigo Garcia, Patrick Simon, et aux côtés de Séverine Lathuillière, avec qui elle a traduit et adapté Patty Diphusa, un spectacle (où se mêlent théâtre et cinéma) tiré de chroniques de Pedro Almodovar (son mentor) dans lequel elle campe une star du porno explosive.
Ex-chanteuse du groupe latino « Mátame » elle fonde ensuite le groupe de Rock-electro « Betis ». Dans le travail d’adaptation et de traduction (Je t’aime, tu es parfait change !, Orenoque, Femmes au bord de la crise de nerfs...), elle découvre le plaisir de l’écriture.
Jusque là interprète, elle devient l’auteure de ses chansons et co-écrit dans la foulée son premier texte dramatique : Jusqu’à ce que l’@mour nous sépare,  qu’elle a aussi adapté pour le cinéma.
Au cinéma et à la télévision, Emmanuelle a travaillé avec Fred Cavayé, Rachida Brakni, Eric Valette, Nick Quinn, Hiner Saleem, Frédéric Berthe, Paulo Silva, Gilles Bardaji, Françoise Charpiat, Joyce Buñuel, Christian Faure...
De 2010 à 2014, elle joue à Paris et en tournée, dans Je t’aime, tu es parfait, change , la comédie musicale New Yorkaise, qu’elle a co-adaptée. Dans la foulée, elle participe à la création de la comédie dramatique Rock’n’love, mise en scène par l’auteure elle-même, Caroline Duffau, qui va dès lors, l’accompagner dans l’aventure de son Seule en scène : Chuuuuut !, qu’elle joue à Paris pendant 3 saisons, en tournée et à Avignon (de 2016 à fin 2019), dans une co-mise en scène de Frédéric Baptiste. En juillet 2019 elle crée le rôle de Leila dans Trapèze au cœur dans une mise en scène de Jean-Luc Paliès au théâtre du « Petit Chien » au Festival d’Avignon et prépare actuellement Sabbat, un spectacle conçu et dirigé par Noémie De Lattre.

 
BENOIT%2520(71)b_edited_edited.jpg

benoît seguin improvisation

Formé à L’Atelier International de Théâtre (direction Blanche Salant et Paul Weaver) puis à l'Atelier Ier Acte (direction Francine Walter), Benoît Seguin entre en 2002 à l’école du Studio Théâtre d’Asnières.
En 2005, Il intègre le C.F.A. des comédiens du Studio d'Asnières où il continue sa formation, tout en jouant Tchékhov (La cerisaie), Brecht (L'Opéra de quat'sous), Labiche (Les 30 millions de Gladiator), Molière (Le médecin malgré lui), Giraudoux (Supplément au voyage de Cook), avec la compagnie du Studio sous la direction entre autres de Jean-Louis Martin-Barbaz, Hervé Van der Meulen et Patrick Simon.
Il a ensuite joué sous la direction de Pierre Morice (Madame Edwarda de G.Bataille), Fabio Alessandrini du Teatro Di Fabio (Cherchevent, Deux frères de Paravidino), David Lejard-Ruffet de la compagnie Volens/Nolens (Dostoïevski-Trip), Stéphane Douret (Le Dragon de Evgueni Schwartz), Anne Barbot et Alexandre Delawarde de la Compagnie Nar6 (Yvonne, Princesse de Bourgogne de Gombrowitz, Roméo et Juliette, Thriller médiatique, Humiliés et Offensés...) et Annabelle Sergent de la Compagnie Loba (Waynak).
En 2010, il a été assistant de Patrick Simon sur Cérémonies de D. Paquet. Comme metteur en scène, il monte en 2009, avec Jean-Philippe Albizzati, La Griffe de Howard Barker au Studio d'Asnières, en 2011 l'opéra The old maid and the thief de Menotti à la Cathédrale Américaine à Paris. En juin 2013, il obtient la Mention spéciale du Jury-Prix Théâtre13 pour sa mise en scène de Love & Money de Dennis Kelly qu'il reprend au Théâtre de Belleville. Il crée à Montpellier Barbie Furieuse de Anne Bourrel et collabore avec Anne Barbot à la mise en scène de Nous aurions pu être heureux pour toujours ensemble d’après Humiliés et Offensés de Dostoïevski.

 
de ce côté du miroir